Pour toutes vos demandes, contactez nous au 03 20 72 02 92

Filtres Généraux
Rechercher dans les titres
Rechercher dans contenus
Rechercher dans les extraits
Filtrer par Catégories
Tout sélectionner
Actualité
Actualité PG
actupro
Aides
Couverture
Documentation technique
Evènement GRET
Evènement national
Evènement régional
Evènements
eventpro
Fluides frigorigènes
Génie climatique
Génie électrique
Infos réglementation
Infos technique
Non classé
Numérique Domotique
Organisation
reglementaire
Réglementaires
Soudage

Actualité du GRET

Entre l’Etat et les acteurs, des échanges en cours pour relancer des chantiers

POSITION. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire est intervenu ce vendredi matin sur la polémique qui oppose depuis quelques jours les pouvoirs publics aux professionnels du BTP.
Les chantiers vont-ils pouvoir reprendre sous certaines conditions ? Le Gouvernement semble avoir en tout cas entendu les demandes du secteur du BTP, dont les fédérations professionnelles appelaient à un arrêt des chantiers pour des raisons notamment sanitaires. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, est revenu sur ce sujet sur LCI, ce vendredi matin. “Les entrepreneurs du bâtiment, je les comprends”, a-t-il assuré, engageant ce qui ressemble à un signe de détente après plusieurs jours de polémique. “Ils ont des salariés, sont responsables de leur protection, et il n’est pas évident de protéger les compagnons sur un chantier.” Le ministre a ainsi assuré qu’il comprenait la demande de la FFB, de la Capeb et de la FNTP de stopper les activités dans l’attente de la définition de règles de protection de la santé.

Trouver des règles “sous 24 ou 48 heures”

“Ce que je souhaite, et c’est un travail engagé par la ministre du Travail Muriel Pénicaud et la Fédération française du bâtiment, c’est que dans le cadre d’un dialogue social nous définissions un protocole pour les salariés de ce secteur”, a assuré le ministre. Ce qui permettrait de savoir à quelles conditions un chantier peut, ou non, rester ouvert. “Nous définirons ensemble, je l’espère sous 24 ou 48 heures, des règles sanitaires strictes qui s’appliqueront à tous les chantiers.”

 

Le membre du Gouvernement a également souhaité rassurer les professionnels sur le chômage partiel. Au vu du souhait de continuation de l’activité des chantiers, des responsables du BTP s’inquiétaient du fait de voir leur secteur exclu du dispositif exceptionnel d’activité partielle mis en place. “Les entreprises du BTP qui sont à l’arrêt bénéficieront bien sûr du chômage partiel, car elles sont en attente de règles pour protéger leurs salariés”, a-t-il dit. Mais, même après la fixation d’un cadre sanitaire par les pouvoirs publics et les représentants du secteur, le ministre précise que certains chantiers ne pourront toujours pas être ouverts. Dans ces cas-là, ceux où les règles de sécurité de base (espacement des travailleurs, équipements de protection pour chacun…), les entreprises de BTP auront toujours accès au chômage partiel.

Accord en vue après une semaine mouvementée

Dans la foulée, le président de la FNTP Bruno Cavagné a confirmé que l’heure était au retour au calme entre les professionnels et le gouvernement, et qu’un accord était sur le point d’être trouvé. “Il faut prendre en compte l’intérêt supérieur du pays. Nous réfléchissons à des solutions, pour remettre rapidement le BTP au travail, dans des conditions de sécurité convenables“, a-t-il assuré. Elaborés avec l’OPPBTP, des protocoles devraient être dévoilés dans quelques jours. Bruno Cavagné a avancé la date du 24 mars, et la transmission de premiers éléments au gouvernement dans le week-end.

Sur le principe, en cas de validation de ce cadre collectif, les chantiers pourraient redémarrer dès le lendemain. Mais cela dépendra évidemment de la capacité à rassurer les entreprises et surtout leurs salariés. Mais aussi de la reprise des activités industrielles, car beaucoup de fournisseurs ont fermé boutique, rendant l’approvisionnement et donc le travail impossible : “La ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne est en contact avec les industriels et se veut rassurante : ils travaillent aussi à l’élaboration de protocoles et ont pas mal avancé”, croit savoir le président de la FNTP.

“Tout le monde ne sera pas au boulot le 25 mars”

Malgré tout, il ne faut pas s’attendre à ce que “tout le monde soit au boulot le 25 mars au matin”, a-t-il reconnu, sachant que 80% des chantiers de travaux publics sont actuellement à l’arrêt. Partout, il va falloir prioriser les chantiers, voir ceux qui peuvent être redémarrés rapidement et quand cela sera possible, évalués ceux pour lesquels il faudra plus de temps.

L’urgence, “c’est de se mettre d’accord, que nous parvenions ensemble à trouver ces bons protocoles, pour préserver au maximum la sécurité de nos salariés. Et il ne faudrait pas oublier de sécuriser aussi nos entreprises”, a lancé Bruno Cavagné. Il a regretté avoir perdu 5 jours, alors que le secteur avait unaniment demandé un arrêt provisoire des chantiers pour permettre justement de mettre en place ce qui semble aujourd’hui être mieux compris par le gouvernement. Il aura fallu un difficile bras de fer, qui avait atteint son paroxysme hier, 19 mars, pour parvenir à faire passer le message.

 

(Source : Batiactu – 20 mars 2020)

Pièces jointes
Le GRET
error

Faites connaître le GRET !

Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram